🇬🇧 | Travelling local is a trend – especially since the Covid-19 pandemic. A start-up from Dijon is determined to make the French rediscover their own country. Judith, a young german journalist, met Mélanie Mambré, founder of Vaovert.fr.

🇫🇷 | Voyager local est une tendance – surtout depuis la pandémie de Covid-19. Une start-up dijonnaise est bien décidée à faire redécouvrir aux Français leur propre pays. Judith, jeune journaliste allemande, a rencontré Mélanie Mambré, fondatrice de Vaovert.fr.

Une soirée douce avec une brise fraîche, un pique-nique dans le parc et une bonne compagnie : Enfin, l’été est arrivé et les jours deviennent plus légers. Les restrictions du Covid-19 s’estompent, et une question revient sans cesse dans les conversations : «Vous allez où pour vos vacances d’été ? »

Pour beaucoup de gens, partir loin n’est pas une option. C’est cher et la crise du Covid-19 a causé des problèmes financiers à de nombreux citoyens. Mais il y a aussi le facteur écologique : les vols longue distance ont une grosse empreinte carbone, et beaucoup, surtout les jeunes, essaient de vivre de manière plus durable.

En Côte-d’Or, les institutions sont également soucieuses de soutenir le tourisme vert. Le Département a publié un «Manifeste pour un tourisme 100% durable » en 2020. Dans ce document, la Côte-d’Or appelle à un tourisme socialement, économiquement et écologiquement durable. Les jeunes entreprises locales peuvent contribuer à la réalisation de cet objectif :

« Je suis Mélanie Mambré, j’ai 39 ans, je suis originaire de Dijon et j’ai créé il y a trois ans Vaovert.fr qui est la première plateforme française d’hébergements touristiques écologiques. L’idée c’était de rassembler toutes les typologies d’établissements touristiques, mais surtout de les repérer et de les amener sur Vaovert parce qu’ils sont vraiment engagés pour l’environnement et ils ont mis de vraies démarches en place. »

© Droits réservés

La plateforme en ligne vous aide à trouver des hébergements de vacances durables dans toute la France. Alors que d’autres plateformes vous disent combien de piscines possède un hôtel ou si les lits sont King Size, sur Vaovert, vous pouvez lire si une structure utilise des énergies renouvelables, comment elle recycle, et si elle utilise des produits locaux pour son buffet de petit-déjeuner. La fondatrice de Vaovert, Mélanie Mambré, explique le système :

« J’ai collecté tout simplement autour de moi tous les critères qui me semblaient importants, qui rentraient dans cette veine engagée, écologique, et de là sont sortis plus de 90 critères écoresponsables. Tous ces critères apportent un niveau de points aux hébergements. Par le biais d’un algorithme et d’une pondération de chacun de ces critères en fonction de la réduction d’impact, ça apporte un score à un établissement. »

Le score Vaovert va du niveau un au niveau trois. Cinq thèmes différents sont pris en compte dans le score : le habitat, l’énergie, la gastronomie, les 3R, c’est-à-dire «réduire ; réutiliser ; recycler », et enfin le partage de connaissances sur d’autres initiatives de tourisme durable dans la Région. Avant d’être accepté sur la plateforme, chaque hébergement doit apporter la preuve de ses initiatives et passer une vérification de ses antécédents.

Mais voyager localement n’est pas seulement plus durable : depuis un an et demi, c’est aussi l’option la plus facile. La pandémie de Covid-19 a rendu les voyages internationaux beaucoup plus compliqués. C’est pourquoi beaucoup ont découvert leur propre Région ou pays en tant que touristes. Cette tendance a également été remarquée par Cécilia de Varine. Elle est hôte sur Vaovert et propriétaire du Château de Lusigny à Lusigny-sur-Ouche, à une vingtaine de kilomètres de Dijon.

 « Très nettement le changement a été qu’on a une clientèle beaucoup plus locale. Ça c’est très frappant. C’est à dire que cet été par exemple, la moitié de mes locations ce sont des gens qui sont de Bourgogne et qui rassemblent leurs familles en Bourgogne. »

Après avoir voyagé localement, séjourner dans un hébergement durable est la cerise sur le gâteau pour les touristes écoresponsables. Espérons que cette tendance s’installe durablement.

🗒️ & 🎤 © Judith Eisinger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :