Les Ami-es de l’Engrenage”: Advocacy for a politics of life

This production was made in June 2021.

🇬🇧 | Les Jardins de l’Engrenage defenders are strongly determined to radically change political life in Dijon. Before the regional elections that took place all over France from the 20th to the 27th of June 2021, they seized the opportunity to transmit their ideas by creating their own political party called « Les Ami-es des Jardins de l’Engrenage ».

🇫🇷 | En place pendant plus d’un an, les défenseur.ses des Jardins de l’Engrenage désiraient bouleverser la vie politique dijonnaise à leur sauce. A l’approche des élections départementales, qui se sont déroulées partout en France du 20 au 27 juin 2021, il.elles ont saisi l’occasion de transmettre leurs idées avec la création d’un nouveau parti : « Les Ami-es des Jardins de l’Engrenage ».

🇫🇷 | French version

Langres’ avenue in Dijon. On one side, the tramway line runs towards the city-center. On the other side, houses and buildings are boarding the long street. In the middle of this row, a unique place stands out, that emerged a year and three months ago. On the 17th of June 2020, citizens start occupying a former wild land of three hectares, threatened by a real estate project planned by the City Hall of Dijon. Over the last year, the site was turned into a multi-experimental place by the occupants. Bringing together vegetable gardens, sport terrains, refreshment bar, concert stage, Les Jardins de l’Engrenage is a land cultivated in different ways. Despite the intervention of state security forces on the 20th of April 2021 to evacuate the area, the militants keep holding out while facing a likely new upcoming expulsion. Beyond the fight against the Garden State project, aiming to construct 307 apartments on this land, the resistants also lead actions to reinvest the local political space. In a moment of impulse, they took the decision to run for the municipal elections by creating their own political party they named « Les Ami-es des Jardins de l’Engrenage ».

Establishment of a 100% biological food within secondary schools and EHPAD’s* canteens, support of new farmers at the beginning of their activity and huge investments in order to head towards an environmentally-friendly agriculture and development of ambitious educational policies based on teaching life sciences at schools through pedagogical farms were some of the proposals set by « Les Ami-es de l’Engrenage  » . Bruno Dancin, one of the Jardins’ militants, explains the approach behind the movement: « In politics, it’s all about self-promoting. They display their faces on big posters and pretend to be people, not just candidates who are after votes. We chose to do the opposite by promoting our party through the issues of our time. Candidates’ faces appear in a small size on the posters with the following message : « Vote for the ideas and less for the people realizing them ». »

“Les Ami-es des Jardins de l’Engrenage” election campaign poster
“Les Ami-es des Jardins de l’Engrenage” election campaign poster

« Les Ami-es de l’Engrenage », represented by Eloi Delaporte and Catherine Gourdon, selected by random draw, ran on the « Ecologist » wing against such parties as « PS-EELV »** coalition led by Nathalie Koenders and Billy Chrétien that according to a leaflet made by the citizen party « plans to make 480 hectares of artificial land over the next ten years ». To protect nature through a concrete ecology in which the citizen is involved in the democratic process is the guideline of this new party. « I can’t accept the idea that all the decisions are taken by one single person, who imposes to construct buildings everywhere that destroy the precious nature. It’s not okay. If I live in one place, I consider the right as a sovereign citizen to be part of the decisions related to its urbanism », Bruno said.

Les Jardins de l’Engrenage occupants go as far as leading strong symbolic actions to raise awareness among citizens, such as sharing salads cultivated in the gardens : « Politicians are telling « salads »*** while we grow them in our gardens. What we do is a political act, for me it’s the very essence of politics ». Like Coluche, a famous french humorist from the past century who ran for presidential elections in 1981, what began as a joke later became a real political act of rebellion and the involvement of Les Ami-es de l’Engrenage at the municipal elections is seen as a means rather than an end in itself. Bruno sums it up : « Basically, the idea was to do political troll in order to have publications through which we can deliver our message. The aim of the game, civil disobedience, is to relay, to inform. We thought it was a good opening for that. »

Sunday, 20th of June : First round of the municipal elections day. « Les Ami-es des Jardins de l’Engrenage » takes the third position with 14,62% of the votes, behind the Republican party and the left-wing coalition. Although the citizen party doesn’t pass the second round on the 27th of June, won by the Billy Chrétien and Nathalie Koenders duo, its candidates welcomed the number of votes received, which they see as an expression of the strong support of the Jardins’ neighbours. Despite the absence of electoral victory for « Les Ami-es de l’Engrenage », les Jardins’ militants thumbed their nose at local politicians and demonstrated a strong intention to take part in public affairs. On the 20th of July 2021, Les Jardins occupiers are expelled by the police forces on the application of a judgment made by the Court of appeal on the 29th of June, ordering without delay the expulsion of the house located on the patch of the land.

*EHPAD : retirement housing centers

**PS-EELV : Coalition between the Socialist Party and the European Ecological Party

*** “Raconter des salades” literally “to tell salads” is a French idiom meaning to invent stories

“Les Ami-es de l’Engrenage” ou la politique du vivant

🇫🇷 | En place pendant plus d’un an, les défenseur.ses des Jardins de l’Engrenage désiraient bouleverser la vie politique dijonnaise à leur sauce. A l’approche des élections départementales, qui se sont déroulées partout en France du 20 au 27 juin, il.elles ont saisi l’occasion de transmettre leurs idées avec la création d’un nouveau parti : « Les Ami-es des Jardins de l’Engrenage ».

🇬🇧 | English version

Vue sur les Jardins de l’Engrenage où des banderoles pointent du doigt le maire de la ville François Rebsamen et le promoteur immobilier Ghitti comme responsables

Avenue de Langres à Dijon. D’un côté, la ligne de tramway rejoint le centre-ville, de l’autre des maisons et des immeubles se succèdent le long de la rue. Au milieu de cette rangée niche un lieu atypique. Le 17 juin 2020, des citoyen.nes commencent à occuper une ancienne friche de trois hectares promise à un projet immobilier prévu par la ville de Dijon qu’il.elles reconvertissent en terrain d’expérimentations multiples. Jardins potagers, terrains de sport, buvette ou encore scène de concert, les Jardins de l’Engrenage est une terre de culture aux sens variés. Malgré l’envoi des forces de l’ordre le 20 avril dernier pour évacuer les terrains, ses occupant.es continuent à résister face à la menace d’une nouvelle expulsion.  Et au-delà de la lutte contre le projet  Garden State, qui vise à construire 307 logements sur ces terres, réinvestir l’espace politique local est également au cœur des actions menées. Alors que les élections départementales françaises approchent, les occupant.es et sympathisant.es du lieu prennent la décision, un peu sur un coup de tête, de se lancer dans la campagne électorale avec la création de leur propre parti baptisé « Les Ami-es des Jardins de l’Engrenage ».

Instauration d’une alimentation 100% bio dans les cantines des collèges et au sein des EHPAD*, accompagnement de nouveaux agriculteurs pendant leur installation et investissements massifs afin de transiter vers un modèle agricole plus respectueux du vivant, mise en place d’une politique ambitieuse d’éducation aux sciences de la vie et de la terre dans les écoles par la création de fermes pédagogiques sont quelques-unes des propositions qui figurent au programme des « Ami-es des Jardins de l’Engrenage ». Bruno Dancin, militant au sein des Jardins, explique leur démarche : « Chez les politiques, c’est beaucoup d’autopromotion. Ils mettent leur visage en grand sur l’affiche, ils se font passer pour des personnes qu’ils ne sont pas juste pour être votés. Nous avons fait l’inverse, de l’autopromotion sur les problématiques de notre temps. Les personnages étaient en tout petit sur l’affiche et on disait aux gens : “Votez plutôt pour les idées et peut-être les personnes après pour les réaliser”.”

Affiche électorale des “Ami-es” des Jardins de l’Engrenage”

Représenté par Eloi Delaporte et Catherine Gourdon après un tirage au sort, le parti « Les Ami-es de l’Engrenage » est classé dans la catégorie « Ecologistes ». En face, on retrouve notamment l’alliance PS-EELV** conduite par Nathalie Koenders et Billy Chrétien qui d’après un tract émis par le parti citoyen « prévoit d’artificialiser 480 hectares de terres dans les dix ans ». La défense de la nature par la réalisation d’une écologie concrète plaçant le citoyen au cœur du débat démocratique est au contraire le fil rouge du nouveau parti. « Je ne conçois pas que ce soit une personne qui nous impose des bâtiments partout, qui rase toute la nature précieuse. Ce n’est pas normal. J’habite à un endroit, j’estime avoir le droit comme citoyen souverain de pouvoir participer à la construction de l’urbanisme de mon lieu de vie », expose Bruno Dancin.

Et afin d’éveiller les consciences du plus grand nombre, les défenseurs des Jardins de l’Engrenage n’hésitent pas à mener des actions symboliques fortes telles que la distribution de salades cultivées sur place : « Il y’a les salades de la mairie et nous on les fait pousser dans nos jardins. C’est carrément politique ce que l’on fait, c’est l’essence même de la politique ». A l’instar de Coluche, célèbre humoriste français du siècle dernier ayant mené campagne aux élections présidentielles de 1981, simple blague au départ devenue un véritable acte politique revendicateur, la participation des Ami-es de l’Engrenage aux élections départementales est davantage utilisée comme un moyen que comme une fin : « L’idée de base était de faire du troll politique parce qu’en passant par là, des parutions sont publiées où des messages peuvent être transmis. Le but du jeu, de la désobéissance civile que l’on mène, est de retransmettre, d’informer. On s’est dit que c’était une belle ouverture » résume Bruno.

Dimanche 20 juin : Premier tour des élections départementales. « Les Ami-es des Jardins de l’Engrenage » récoltent 14,62% des votes, se hissant en troisième position derrière le parti des Républicains et l’alliance Divers Gauche. Le parti citoyen ne passe donc pas le deuxième tour, le 27 juin, alors remporté par le binôme formé par Billy Chrétien et Nathalie Koenders. Ses candidat.es se réjouissent cependant du nombre de voix mobilisées, preuve selon eux.elles de la forte adhésion des riverains aux Jardins. Pas de victoire électorale pour les « Ami-es de l’Engrenage » mais un joli pied de nez lancé aux politiciens locaux à travers la démonstration d’une volonté ferme de s’investir dans les affaires publiques. Le 20 juillet, les occupants des Jardins sont expulsés par les forces de police après un arrêt rendu le 29 juin par la Cour d’appel de Dijon, ordonnant l’évacuation sans délai de la maison située sur la parcelle de terrain.

*EHPAD :  Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

**PS-EELV : Parti Socialiste-Europe Ecologie les Verts

📝 © Claire Lengrand, Diane Cimpean, Clémentine Chateaugrebot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :