🇫🇷 | L’Italie, premier pays européen le plus fortement touché par le Covid-19, voit ses restrictions s’amenuir progressivement. À Mondovi, comme partout ailleurs dans le pays, la solidarité italienne s’est illustrée sous le hashtag #andràtuttobene.

🇬🇧 | Italy, the first European country most heavily affected by Covid-19, is seeing its restrictions gradually eased. In Mondovi, as everywhere else in the country, Italian solidarity was illustrated under the hashtag #andràtuttobene.

🇮🇹 | L’Italia, il primo Paese europeo più colpito da Covid-19, vede gradualmente allentate le sue restrizioni. A Mondovi, come nel resto del Paese, la solidarietà italiana è stata dimostrata sotto l’hashtag #andràtuttobene.

Podcast in italiano, con la voce di Paolo Roggero 👇

🇬🇧 | English version
🇫🇷 | French version

Mondovì est une ville fantôme. C’est un sentiment étrange de regarder par la fenêtre et de ne voir personne bouger dans la rue. Il y a un silence irréel dans les rues, même le vent semble s’arrêter de souffler. C’est l’Italie, qui fait face à l’urgence du coronavirus. C’est un pays fermé, prisonnier d’un ennemi invisible.

Les rues désertes de Farigliano, commune italienne de la région Piémont © Guido Galleano

De nombreux pays d’Europe commencent à comprendre la gravité de la menace. Au début, en Italie également, le problème n’était pas compris, et des politiciens de premier plan, qui craignaient des répercussions sur le tourisme et l’économie, ont demandé aux gens de ne pas paniquer. Cependant, au fil du temps, le coronavirus a montré toute sa force. C’est une maladie sournoise, très contagieuse : de nombreuses personnes, infectées par le virus, ont besoin de soins médicaux. Cela signifie que le système de santé italien est soumis à une grande pression. De plus, le virus est plus dangereux pour les personnes qui ont d’autres maladies chroniques ou des problèmes d’immunosuppression. Afin de sauver le plus de vies possible, le gouvernement italien a publié quelques décrets restrictifs. 

Livraison de masques pour les habitants, à San Michele, Mondovi. © DR

Le verrouillage de l’Italie

À partir de la deuxième moitié du mois de mars, toutes les activités dans le pays se sont arrêtées (à l’exception des activités essentielles) et il est interdit de quitter le domicile sauf pour des raisons essentielles. La première épidémie a eu lieu en Lombardie, puis en Vénétie. Puis, la contagion s’est étendue au nord de l’Italie et est arrivée au Piémont. Le gouvernement italien a fermé des écoles au début du mois de mars et, au milieu du mois, il a fermé des industries.

La Speranza, restaurant de Farigliano, contraint d’arrêter ses activités © Guido Galleano

Les Italiens vivent dans les « limbes ». Toutes nos relations humaines sont devenues plus difficiles. À Mondovì, l’infection reste limitée : il y a quelques dizaines de maux. Les maisons de retraite représentent un gros problème. Le covid 19 a pénétré dans beaucoup de ces résidences et a causé beaucoup de problèmes. Dans la plupart des cas, il était impossible de comprendre combien d’hôtes étaient touchés par le virus. Certaines personnes âgées se sont retrouvées à l’hôpital et sont mortes. La vie des infirmières et des médecins est devenue très dure, tant physiquement que psychologiquement. Dans les rues, il y a beaucoup de vitrines fermées, seules les épiceries sont ouvertes. Beaucoup d’Italiens sont actuellement sans revenus, et l’angoisse de la crise future pèse sur eux. Nous commençons à réfléchir à la date de réouverture, à la possibilité de tout recommencer comme avant. Quel sera le prix de cette épidémie ?

Le Maire de Mondovi observe une minute de silence en hommage aux personnes décédées en Italie. © Marta Borghese

#Andràtuttobene : tout ira bien

La population italienne a répondu à l’urgence avec beaucoup de solidarité. Les citoyens et les associations ont contribué par des initiatives et des dons pour soutenir le système de santé publique ou, tout simplement, pour insuffler du courage.

Dons pour le personnel médical à l’hôpital Santa Croce e Carle à Cuneo © DR

Par exemple, une femme de Vicoforte, une ville proche de Mondovì, a décoré des masques avec des dessins et des peintures. Une idée qui a eu beaucoup de succès : des personnes de France et d’Espagne ont également demandé à en faire autant. Les habitants de la ville ont montré toute leur attention aux structures sanitaires locales. Dans chaque ville, de nombreux volontaires se sont organisés pour distribuer des équipements médicaux, ont commencé à coudre des masques de fortune, afin de compenser les maigres ressources.

Une banderole avec le hashtag devenu populaire « Tout ira bien »accrochée sur un balcon à Mondovi © DR

📝 © Paolo Roggero & Emanuele Lubatti


Au 12 mai, le coronavirus a contaminé près de 220 000 personnes en Italie, avec plus de 30 000 personnes décédées dans le pays, selon les chiffres officiels. Suite à une baisse progressive des malades à ce jour, les autorités italiennes ont allégé le confinement le lundi 4 mai, dépendamment des régions. Ils ont assoupli les restrictions, permettant ainsi les activités productives. Les gens peuvent recommencer à sortir, à rendre visite à leurs parents et à avoir une « affection stable ». Ils peuvent également suivre des formations. L’Italie essaie maintenant de revenir à la vie d’avant, afin de trouver un moyen de vivre avec le virus.


#Andràtuttobene : a slogan for hope

Mondovì is a ghost town. It’s a strange feeling looking out the window and seeing no one moving in the street. There is an unreal silence in there. Even the wind seems to stop blowing. This is Italy, dealing with the emergency of the coronavirus. It’s a locked country, prisoner of an invisible enemy.

The deserted streets of Farigliano, an Italian town in the Piedmont region © Guido Galleano

Many countries in Europe are now beginning to understand the seriousness of the threat. At first, still in Italy, the problem was not understood, and so prominent politicians, that were afraid of repercussions on tourism and economy, asked people not to panic. However, over the time, the coronavirus has showed all his strength. It’s a devious disease, very contagious: many people, infected with the virus, need medical attention. It means that Italian health system is under a great pressure. Moreover, the virus is more dangerous to people who have other chronical diseases or immunosuppression problems. In order to save as many lives as possible, the Italian government has issued some restrictive decrees. 

Delivery of masks for the inhabitants, in San Michele, Mondovi © DR

The Lockdown of Italy

Since the second half of march, all activities in the country are stopped (excluding the essential ones) and it is forbidden to leave home except for essential reasons. The first disease outbreak was in Lombardy, then in Veneto. Then, the contagion spread through north Italy and it arrived in Piedmont. The Italian government shut down schools in early march and, in the middle of the month, it closed industries.

La Speranza, Farigliano’s restaurant, forced to stop its activities © Guido Galleano

Italians live in a “limbo”. All our human relationships became more difficult. In Mondovì, infections remain limited: there are a few dozen ills. The retirement homes represent a big issue. The Covid 19 penetrated in many of these residences and it caused a lot of problems. In most cases, it was impossible to understand how many hosts were affected by the virus. Some old people ended up in hospital and died. Nurses and doctors’ lives have become very hard, both physically and psychologically. In the streets there are lots of closed shop windows, only grocery stores are open. Many Italians are currently without any income, and the anguish of the future crisis weighs on them. We are starting to think about when everything will reopen, and if it will be possible to start again as before. What will be the price of this epidemic?

The Mayor of Mondovi observes a minute’ of silence in honour of those who died in Italy
© Marta Borghese

#Andràtuttobene: everything’s gonna be fine

Italian people responded to the emergency with much solidarity. Private citizens and associations contributed with initiatives and donations to support public healthcare system or, simply, to instill courage.

Donations for the medical staff at the Santa Croce e Carle Hospital in Cuneo © DR

For example, a woman from Vicoforte, a town near Mondovì, has decorated masks with drawings and paintings. An idea that has been very successful: in France and Spain people have done the same. City communities have given all their attention to the local health structures. In every city many volunteers organized themselves to distribute medical facilities, started sewing makeshift masks, in order to compensate for the scarce resources.

A banner with the now popular hashtag « Everything is gonna be fine » hanging on a balcony in Mondovi © DR

📝 © Paolo Roggero & Emanuele Lubatti


As of May 12, the coronavirus had infected nearly 220 000 people in Italy, with more than 30 000 people dying in the country, according to official figures. Following a gradual decline in the number of people infected to date, the Italian authorities eased the lockdown on Monday 4 May, depending on the region. They relaxed restrictions, allowing productive activities. People could start again to go out, to visit relatives and « stable affection ». They also could do training. Italy’s now trying to came back to previous life , in order to find a way to live with the virus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :